Catégories
Le mot du curé

« Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » (1Co 12,26)

Chers frères et sœurs,

Nous sommes tous atterrés par les dramatiques révélations d’abus sexuels, de pouvoir et de conscience commis par des membres du clergé et des personnes consacrées à Dieu dans plusieurs pays du monde dont la France. Ces faits sont révoltants et demandent que justice soit faite. D’abord, notre pensée et notre prière se tournent vers les victimes dont la souffrance demeure à vif parce que, comme dit le pape François, « les blessures ne connaissent jamais de prescriptions ». Ne cessons pas de porter dans la prière les victimes. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi que les responsables de l’Église à tous les niveaux, mais aussi chacun de nous, s’investissent pour « éradiquer la culture de l‘abus dans nos communautés » (pape François). C’est un travail de longue haleine qui requiert de « vaincre l’appétit de domination et de possession, très souvent à l’origine de ces maux ». Cela passe par un examen de conscience général et généralisé. C’est le sens des articles que nous publions dans ce bulletin. Cela passe surtout par un surcroit de prière et de jeûne pour nous convertir face au Seigneur et face à nos frères blessés. Dans cet esprit, nous vivrons dans notre paroisse le lundi 12 novembre une soirée de prière, de jeûne et de pénitence autour de cette phrase de st Paul « si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » (1Co 12,26). Concrètement cette veillée de prière permettra de présenter toutes nos souffrances et d’implorer la miséricorde de Dieu pour le renouveau de nos communautés ecclésiales.

En union de prière dans cette épreuve.

P. Yves+